Economie : l'auto-entreprise dénaturée

Publié le par Union des Démocrates Herbinois

Depuis l' an dernier chacun peut se déclarer entrepreneur en un clic sur son ordinateur, ou presque. Au surplus ce régime dit d'auto-entrepreneur ne supporte qu'une sorte de flat tax, un impôt unique au taux unique de l'ordre de 13 à 23,5 % du chiffre d'affaires encaissé, au titre tout à la fois des charges sociales, de la TVA et de l'impôt sur le revenu. Cette facilité explique le succès grandissant de ce régime sous le bénéfice duquel se sont inscrit 500 000 nouveaux entrepreneurs en 18 mois, du 1er janvier 2009 au 30 juin 2010.

Las, la mariée était trop belle ! Outre que sur réclamation de la Chambres des Métiers, il sera à l'avenir demandé aux auto-entrepreneurs d'adhérer obligatoirement aux Chambres dont leur activité relève, ce qui est une entrave manifeste à la liberté d'association, l'Insee vient d'inventer la parade suprême contre les auto-entrepreneurs en leur envoyant un imprimé contenant 44 questions toutes aussi importunes les unes que les autres auxquelles ils sont sommés de répondre. Le questionnaire précise que "ayant reçu l'avis favorable du Conseil National de l'Information Statistique ( CNIS), cette enquête, reconnue d'intérêt général et de qualité statistique, est obligatoire".

L'administration a ainsi trouvé le biais permettant de compliquer la vie aux entrepreneurs auxquels le gouvernement avait voulu, utilement, la simplifier.

 

Edito d'Anthony PIQUET

Collaborateur du groupe UDH - Alliance Centriste

Publié dans Politique nationale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article